Comment devenir blogueur pro quand on est expatrié

Home / Articles / Comment devenir blogueur pro quand on est expatrié

Cet article a été écrit par Magali, du blog Parents du 21ème siècle

couple expatriation crise

Mais qu’est-ce que je vais faire à Xuzhou ?

Ah l’expatriation, ce désastre pour les couples à double carrière ! Et parfois pour les couples tout court.

Imaginez : vous étiez parfaitement bien dans votre boulot – ou pas complètement bien, mais enfin c’était toujours un job, il y avait l’espoir d’une promotion, d’un poste plus sympa derrière – et là votre conjoint vous annonce : « Chéri(e), je suis muté(e) en Chine »

Quoi ???? Et qu’est-ce que vous allez faire, vous, pendant ce temps-là ? Et votre carrière, qu’est-ce qu’elle va devenir à Xuzhou ?

Pendant mes 2 ans d’expatriation en Malaisie, j’ai rencontré beaucoup de conjoints d’expatriés qui s’ennuyaient ferme au sein de la communauté francophone. Certains passaient des journées vides, creuses, le loisir des salons de manucure et de massage vite épuisé. D’autres avaient pris un job dans des entreprises locales, pas passionnant, mal payé. Tous songeaient à leur carrière perdue, à l’angoisse du retour, à leur perte d’employabilité et d’attractivité supposée aux yeux de (futurs) potentiels employeurs en France.

Pour moi – comme pour une minorité d’autres – l’expérience a été toute différente, et je vais vous expliquer pourquoi !

Mais avant d’aller plus loin, je vous donne un indice : le blogging ouvre des perspectives pour s’épanouir professionnellement et échapper au piège de l’interruption de carrière trop souvent subie 😉

L’expatriation, un désastre pour la carrière du conjoint : un mythe à dépasser

expatriation rebelle intelligent

Vous avez reconnu le rebelle intelligent ?

Alors, en effet, on a le choix au moment du départ, de considérer l’expatriation comme une contrainte, comme un désastre même : une interruption de carrière, la fin du beau parcours linéaire pour lequel on s’est battu depuis sa sortie d’école, un trou dans son CV qui sera forcément mal vu par de futurs recruteurs.

Ou alors, on peut suivre la Olivier Roland attitude et réveiller le rebelle intelligent qui sommeille en soi ! Personnellement, c’est l’option que j’ai suivie, avec quelques autres dans la communauté française et beaucoup d’autres dans la communauté anglo-saxonne 🙂

Avant de savoir que j’allais créer un blog, je suis partie avec un état d’esprit qui disait « Génial, l’expatriation est une super opportunité professionnelle ! » OK, mais une super opportunité pourquoi ?

1. En expatriation, la rémunération de votre conjoint est calibrée pour pouvoir vivre sur 1 seul salaire, une opportunité qui ne se présente pas tous les jours !

Cela veut dire que pendant toute la durée de l’expatriation, vous êtes libre de choisir vos projets professionnels en vous fichant royalement de leur rémunération à court terme. Vous pouvez vous concentrer uniquement sur ces questions : « Qu’est-ce que je rêve de faire dans la vie ? Quelle est ma passion, quels sont mes talents ? Comment est-ce que je peux les mettre en œuvre concrètement ? »

Et vous le savez, vous qui êtes des (aspirants) blogueurs pros : monétiser un blog, ça prend du temps !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Duel au sommet : Sébastien le Marketeur Français Vs Olivier Roland

2. À nouvel environnement, nouvelles opportunités !

explorer curieux blogueur

Soyez curieux !

Par définition, l’expatriation, ça veut dire déménagement, nouvelle ville, nouvel environnement, nouvelle vie… et donc nouvelles opportunités professionnelles !

Imaginez que vous ayez toujours rêvé de devenir conteur pour enfant. En France, il n’est pas si facile de passer à l’action : des tas de gens sont déjà conteurs pour enfant. On vous demandera votre expérience, on vous prendra à l’essai…

À Xuzhou ? Il n’y a pas de conteur francophone pour enfant ! Le marché est là, il vous attend : vous démarrez tout de suite, vous vous améliorerez en cours de route. Et quand vous rentrerez en France, vous serez un super conteur pour enfants avec déjà 2 ans, 3 ans, 10 ans d’expérience.

3. À nouvelles rencontres, nouvelles idées !

En expatriation, mes amis, les personnes que je côtoyais tous les jours étaient néo-zélandais, canadiens, hollandais, bangladais, anglais, trinidadiens… un lieu formidable pour brasser des idées, découvrir de nouvelles façons de voir le monde !

Lorsque j’ai avancé l’idée que j’allais créer un blog, ces amis m’ont répondu « Waouh, un blog c’est génial ! Dans quel domaine ? Comment vas-tu le monétiser ? ». Là où mes amis français me répondaient « Hein, quoi, un blog ? Tu vas raconter ta vie ? »

Et cerise sur le gâteau, l’expatriation, ça a aussi été pour moi l’opportunité de baigner dans un environnement anglophone au quotidien.

Grâce à cela, mon anglais a considérablement progressé et je suis aujourd’hui à l’aise pour lire indifféremment dans les 2 langues… précieux quand on sait que dans mon domaine – l’éducation et l’école – 90% de l’innovation mondiale est tirée par les pays anglo-saxons. Une expérience qui apporte énormément de valeur à mes lecteurs.

Créer son blog en expatriation, est-ce facile ?

Obstacle surmonter escargot

Des obstacles en perspective

Argh, je n’ai pas dit tout à fait cela !

Car il y a un obstacle évident que pose l’expatriation : vous êtes loin. Loin des autres blogueurs, loin des événements et salons des infopreneurs, loin des experts – oui, oui, même par Skype, certains refuseront une interview parce que 6h de décalage horaire « c’est compliqué » – loin de vos lecteurs aussi.

Et puis vous avez moins de pression aussi : puisque vous ne savez pas quand vous rentrerez en France, puisque vous n’avez pas besoin de monétiser votre blog rapidement… il peut être tentant d’y aller tranquillement.

Comment rester motivé malgré les obstacles ?

Voici les obstacles que j’ai rencontrés et comment j’y ai fait face :

1. La rencontre annuelle Blogueur Pro

Le problème : Au moment de la rencontre, j’étais enceinte de jumeaux. Et Kuala Lumpur – Paris, ça fait 10.000 km tout de même.

La solution : J’ai pris un billet d’avion et je suis venue à Paris, c’est aussi simple que ça. 14h de vol, avec l’accord du médecin, ça se fait. Et scoop : ce n’est pas moi qui pilote l’avion, j’ai donc pu profiter du vol pour me reposer.

Pour « rentabiliser » ce voyage, j’ai aussi organisé 3 interviews d’experts dans mon domaine.

2. La connexion Internet pas au top

Le problème : Dans mon immeuble à Kuala Lumpur, la connexion Internet n’était ni fiable ni rapide. Les (véhémentes) pétitions des locataires auprès du fournisseur d’accès n’y ont rien changé.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Scoop : Combien gagnent les blogueurs Français de la nouvelle vague (et combien d'heures ils travaillent réellement)

La solution : Prendre son mal en patience et s’organiser. Télécharger 3 vidéos Blogueur Pro d’avance quand la connexion est bonne. Ecrire des articles sous Word quand la connexion est en rideau.

3. Le décalage horaire

Le problème : C’est fou comme le décalage horaire, ça peut faire peur ! Il suffit de dire à un expert par exemple « Je suis à Kuala Lumpur donc chez moi il est +6h par rapport à vous » et c’est la panique à bord. Un vestige de nos mauvais souvenirs de cours de maths à l’école ?

La solution : Ne jamais évoquer le décalage horaire. Proposer simplement « êtes-vous disponible à 10h ? ». Si jamais votre interlocuteur est au fait que la notion de décalage horaire existe quelque part dans l’univers, précisez simplement « êtes-vous disponible à 10h (heure de Paris) ? ».

4. La formation

formation

Je suis débutant, comment je fais ?

Le problème : Quand on crée son blog, on est souvent débutant dans son domaine. Ou débutant-intermédiaire. En tout cas, rarement expert. Donc il est nécessaire de se former, d’apprendre pour apporter de la valeur à ses lecteurs. Sauf que bien sûr, les formations qui vous intéressent sont… en France. Et sauf à être expatrié en Belgique à 1h30 en TGV, vous ne pouvez pas faire les allers-retours.

La solution : bienvenue dans le monde merveilleux des MOOC ! Grâce à des plateformes comme EdX, Coursera, FutureLearn, vous pouvez avoir accès aujourd’hui de votre canapé – où qu’il soit posé sur la planète – aux cours des meilleures universités mondiales. Les thèmes sont tellement variés que vous trouverez forcément quelque chose dans votre domaine. Personnellement, j’y ai suivi d’excellents cours de psychologie positive, de pédagogie, de neurosciences…

5. Interviewer des experts

Le problème : Les experts de votre domaine ne sont pas facilement accessibles. D’ailleurs, vous n’en connaissez aucun personnellement, donc ça va être compliqué. Et en étant à l’autre bout de la planète, ça va être encore plus compliqué.

La solution : Proposez-leur une interview par Skype ! Attention toutefois, quand on vit à l’étranger, les réseaux sociaux et autres outils de communication en ligne deviennent une seconde nature. Pensez que ce n’est pas forcément le cas de l’expert que vous contactez. Il ne connaît pas Skype ? Expliquez-lui brièvement comment ça marche et envoyez-lui le lien d’installation, guidez-le étape par étape. En procédant ainsi, vous créez du lien, vous lui aurez appris quelque chose et il vous en sera reconnaissant.

Pour rester motivé pendant la traversée du désert, quand vous vous sentirez seul à ramer loin de vos lecteurs, loin des autres blogueurs, loin des experts, loin de la formation dont vous rêviez, pensez à ceci : en étant à l’étranger, vous offrez à vos lecteurs une vision unique sur votre sujet, enrichie de votre expérience à l’étranger, enrichie des mille découvertes que vous faites au quotidien dans votre nouvel environnement.

Alors, agissez !

Magali, du blog Parents du 21ème siècle

Crédit photo : StockRocket, Fotogestoeber, ZoneCreative, Maryam 62

Related Posts
Showing 3 comments
  • Jean-Philippe

    Hello Magali !
    Grâce à cet article j’ai découvert ton blog qui m’intéresse au plus haut point ! J’ai également une chaine sur la parentalité positive. Excellente journée et merci à Olivier d’avoir publié ton article.

    • Magali

      Bonjour Jean-Philippe,

      Merci pour ton message, ravie de découvrir ton blog ?

      A bientôt,
      Magali.

  • Jean-Philippe

    Merci Magali !
    A bientôt,

    Jean-Philippe

Leave a Comment

0 Partages
Partagez
Tweetez
la meilleure vidéo