Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog

Les étapes indispensables pour vivre de son blog

Salut à toi jeune entrepreneur! Toi aussi tu veux conduire ce genre de véhicule haut de gamme et siroter des mojitos tranquilou aux Bahamas grâce au blogging? Tout ça bien sûr en mode revenu passif où tu n’as pas à faire grand-chose?

Hé bien, je t’invite à fermer cette page et à continuer de rêver 🙂

Certes, tu peux gagner bien voire très bien ta vie en créant un blog mais sur internet comme dans la vie, il n’y a pas de miracle. Il va falloir travailler et prendre ta prochaine passion avec sérieux et rigueur pour réussir à vivre de ton blog. Il faut du temps, des larmes et de la sueur (bon ok j’exagère).

Tu ne sais pas où commencer? Ça tombe bien, je vais te guider en te donnant les 6 étapes indispensables pour réussir à vivre de ton blog en mode Starwars. Prêt jeune padawan? 

Note : cet article invité a été écrit par Gary du blog l’Agence Pour la Relance

vivre de son blog jeune padawan

Avec soin ta niche tu choisiras pour vivre de ton blog

Ton but en tant que blogueur est de créer une communauté animée d’une passion commune ou à minima d’un intérêt commun. Si tu es passionné par les fleurs, le foot et la période médiévale, il va falloir faire un choix. tu ne peux pas écrire sur tout ce qui te passe par la tête à un instant “t”. Tu dois choisir une niche.

Mais c’est quoi une niche?

Oui, oui c’est là où tu fais dormir ton chien, je sais mais dans le domaine du blogging, une niche c’est quoi? C’est simplement, le domaine spécialisé dans lequel tu souhaites écrire. 

La taille de la niche est importante et va déterminer ton choix. Elle doit être ni trop étroite, ni trop large.

  • Si tu aimes la mode, la niche “mode” risque d’être trop large. Tu seras en concurrence frontale avec des médias trop gros pour toi. Ces sites existent depuis des années et jouissent d’une forte autorité (en gros d’une réputation auprès de Google) En plus, tu essaieras de parler à tout le monde et tu ne seras finalement entendu par personne.
  • Si ta niche est trop étroite, tu prends le risque inverse. Tes articles ne parleront qu’à trop peu de personnes et  tu auras fait le tour de ton sujet rapidement. Tu finiras par te répéter et tu n’apporteras plus rien à ta communauté. Bref, c’est l’impasse.

Ta niche doit être suffisamment large pour écrire quasiment à l’infini sur ton sujet. L’idéal est de choisir un domaine qui évolue relativement vite, histoire de proposer des contenus novateurs et rafraîchissants de façon régulière.

Attention, je ne veux pas dire qu’il faut axer tes articles sur l’actualité qui, par nature, est périssable. Une bonne niche traitera de sujets “dans l’ère du temps”. Ce que tu écris aujourd’hui doit rester utile pour les internautes dans quelques années (quitte à effectuer une mise à jour de ton article mais on y reviendra)

Ok d’accord mais concrètement comment je choisis ma niche?

On en parlera plus tard mais il va falloir écrire très régulièrement. Si tu ne veux pas abandonner au 3ème article, il vaut mieux choisir une thématique qui te passionne ou à minima à laquelle tu portes un intérêt.

C’est une condition indispensable! Avant de générer tes premiers revenus, tu vas surement devoir passer 150 heures à écrire sur le sujet (littéralement). Si ça t’effraie, la niche que tu as en tête n’est probablement pas la bonne. 

Il faut en plus que tu aies une certaine “expertise” dans le domaine.

Non mais attends mais je ne suis expert de rien du tout!

Ah ce bon vieux syndrome de l’imposteur et cette peur d’être jugé. Sache qu’internet regorge de débutants et ce dans tous les domaines. Pour pouvoir t’exprimer tu ne dois pas nécessairement être un expert mondialement reconnu. 

Tu dois simplement être en mesure d’apporter de la valeur sur un sujet à quelqu’un qui n’y connait rien. Si tu es capable de ça, tu as une “expertise” dans le sens où tu as quelque chose à apporter.

Je n’ai toujours pas d’idée, aide moi!

Pas de panique. Pose-toi la question qui es-tu? Quel est le parcours qui a fait qu’aujourd’hui tu lis ces lignes? Quelles sont les épreuves que tu as surmontées dans la vie?

Tu es une maman de 3 enfants? Tu as énormément de choses à apprendre à de jeunes futurs parents! Pourquoi ne pas choisir une sous niche de la parentalité ou de l’éducation? Tu es plutôt éducation positive? Traditionnelle? Méthode Montessori?

Tu es étudiant à la fac? Qu’est ce que tu as fait que les autres n’ont pas fait?  Tu es allé en mobylette jusqu’en Inde? Tu as fait de l’humanitaire? Peut-être que tu adores le tennis? Le poker? Le yoga?

Bref, sers toi de tes expériences et de ce qui fait de toi quelqu’un d’unique. Tu as forcément quelque chose à apporter aux autres.

Des idées sur des trucs tendance?

Moi? Non mais Google oui.

Fais un tour sur Google Trend si tu es en mal d’inspiration. Tu auras accès aux mots clés les plus recherchés de l’année dernière, classés par pays. N’hésite pas à aller voir ce qui est le plus recherché chez nos amis anglo-saxons, hispanophones ou asiatiques.

Un dernier petit conseil, ne néglige pas le choix de ta niche. Prends le temps qu’il te faut car tu ne pourras plus changer. 

Une nouvelle tendance émerge environ tous les 3 mois. Ne tombe pas dans le piège classique de changer de thématique en suivant les dernières modes. 

Un calendrier éditorial tu créeras

créer son calendrier éditorial

Ça y est tu as ta niche et tu as forcément déjà quelques idées d’articles que tu souhaites écrire. Il est temps pour toi de lister les thèmes que tu vas aborder et déterminer un planning de publication.

La régularité plus que la perfection

Attention, je ne dis pas que tu dois bacler tes rédactions! Tu es en concurrence avec tout un tas d’autres blogueurs et le but est d’apporter une meilleure réponse à la question que se pose l’internaute, ce qu’on appelle dans le jargon du SEO, l’intention utilisateur.

Pour autant, tu ne peux absolument pas te permettre d’écrire un article par mois, passer à autre chose et revenir 3 mois plus tard. Tu te dois d’être régulier et de publier le plus assidûment possible.

En créant un blog, tu t’exposes aux critiques, tu vas être jugé et de toute façon, tu trouveras toujours des détracteurs. Tu veux un blog parfait, des mises en page au millimètre et un logo qui tue. Bref, tu es perfectionniste.

Pourtant, en tant que blogueur le perfectionnisme est ton ennemi et ce pour au moins deux raisons:

  • les moteurs de recherche comme tes lecteurs attendent de toi des publications régulières et pas forcément le plus beau des logos
  • contrairement à une vidéo youtube, un article de blog peut toujours être facilement édité et amélioré

Il faut que tu écrives au minimum un article de 2000 mots par semaine et que tu essayes d’améliorer régulièrement tes articles existants.

Pourquoi 2000 mots? 

Excellente question! 

Certaines études récentes font une corrélation entre la longueur de l’article et sa place dans les moteurs de recherche.

En réalité, ce n’est pas une vérité absolue et ça dépend du sujet que tu traites.

Si tu tapes “comment faire des crêpes” dans Google, tu tomberas sur une recette qui explique comment solutionner ton problème épineux en quelques dizaines de mots.

Toujours est-il que pour la majorité des requêtes relativement complexes, il vaut mieux privilégier un contenu d’une longueur décente pour traiter avec assez de profondeur un sujet.

Et pourquoi par semaine?

C’est lié à la notion de “budget de crawl” en SEO. Les moteurs de recherche utilisent des petits robots appelés “crawlers” qui parcourent le web en permanence à la recherche de nouvelles pages à indexer (ou de modifications sur les pages existantes).

Avec le gigantisme du web et par souci d’économie, ils ne crawleront pas entièrement ton site tous les jours. Ils attribuent à chaque site un budget de crawl en fonction de la fréquence des mises à jour. 

Pour optimiser le nombre de pages crawlées, il faut que tu démontres à Google que tu aimes ton site et que tu l’entretiens régulièrement. 

Quel style d’écriture dois-je adopter?

Si tu veux te lancer dans le blogging, c’est surement parce que tu aimes écrire. Tu aimes les belles proses et les jolies métaphores. Je ne veux vexer personne mais ce n’est pas ce que tes lecteurs attendent de toi. Calme toi je t’explique. 

Lorsque tu fais une recherche sur internet tu veux quoi? Une information. Si tu veux de la littérature, tu vas acheter le dernier bouquin d’Amélie Nothomb ou de Michel Houellebecq, tu ne vas pas sur Google.

La réalité c’est si tu pouvais, comme dans matrix, injecter l’information directement dans ton cerveau tu le ferais. 

Alors quel style adopter? Le tien, tout en essayant de répondre le plus efficacement possible à l’intention de l’utilisateur derrière sa requête. Tu dois adopter un style direct, sans fioriture, un peu comme si tu expliquais quelque chose à un ami qui n’y connait rien. 

Evite les mots clés trop difficiles

Certains mots clés sont très tapés et beaucoup d’éditeurs de sites sont déjà positionnés. Si ce sont de gros sites de médias ou de e-commerce, tu as très peu de chances de pouvoir te positionner sur la première page. Des logiciels spécialisés, comme semrush ou ahref, permettent de déterminer la difficulté d’un mot clé et l’intention de l’utilisateur (commerciale, informationnelle…).

Imagine que tu veuilles te placer sur “chaussure femme été”. Fais ce petit test et tape cette requête dans Google qui est positionné sur la première page?

Ce sont tous des sites e-commerce et de surcroît de très gros! Si ton but était d’écrire un article (super sympa j’imagine bien) sur les dernières tendances de chaussures d’été femme, c’est rapé! Quand un internaute tape cette requête il souhaite acheter des chaussures donc Google fait apparaître des sites de e-commerce.

Dans l’idéal tu veux des requêtes avec beaucoup de volume mais peu de concurrence. Le saint graal, c’est encore de viser des tendances émergentes, qui n’ont pas encore été traitées par les gros sites de médias.

Fin 2018, certains blogueurs se sont positionnés, sans mal, sur “meilleures solutions pour travailler à distance”, “meilleures plateformes de e learning » ou “meilleurs podcast”.

A l’époque, c’était des pratiques émergentes, négligées par les gros médias. Je te laisse imaginer les revenus engendrés lors du 1er confinement en 2019.. 

Pour tes lecteurs mais aussi pour les algorithmes tu écriras

On ne va pas se mentir, dis comme ça c’est pas très sexy. Pourtant, le premier visiteur de ton blog sera un robot de Google dont la tâche sera de déterminer à quelle position classer ton article par rapport à des mots clés tapés par les internautes. 

Tu dois optimiser ton article pour ces fameux bots en ajoutant le mot clé sur lequel tu souhaites te positionner dans ton titre (balise title), le titre de ta page (h1) et si c’est pertinent dans tes titres secondaires (h2).

Tu dois utiliser le champ sémantique de ton sujet pour prouver à Google que c’est bien de ce sujet dont tu es en train de parler.

Si par exemple tu souhaites te positionner sur “voyage aux Bahamas« , mettre les expressions “soleil”, “sable fin”, “paradis”, “plage”… dans ton article est une bonne idée.

Tu te dois de faire une étude approfondie des mots clés pertinents sur lesquels te positionner. Tu devras établir un calendrier éditorial performant et optimiser chacun de tes articles pour le SEO

D’ailleurs, tu peux t’aider de logiciels spécialisés pour être vraiment efficace:

  • pour l’analyse de mots clés je te conseille Semrush ou Ahref mais compte un peu moins de 200€ pour un mois
  • pour optimiser ton texte afin de plaire aux algorithmes de Google, mon choix personnel se porte sur SurferSEO, tu peux aussi te tourner vers le plugin wordpress Yoast ou mytextguru.

Éventuellement, l’intelligence artificielle peut t’aider à améliorer ta productivité grâce aux outils d’aide à la rédaction. Tu tapes quelques mots et la machine te sort un texte, plus ou moins long, d’une qualité relativement correcte.

Attention néanmoins à ne pas tomber dans l’excès. Ce n’est qu’un outil destiné à te faire gagner du temps et non pas un rédacteur à part entière. Rien ne doit se substituer à ta plume et ton style inimitable!

Au maillage interne tu penseras

Le maillage interne se sont simplement des liens de pages de ton site qui pointent vers d’autres pages de ton site. 

Les robots de Google parcourent ton site de page en page en passant par ces liens internes.

Ils apprécient particulièrement la proximité sémantique qu’il y a entre les liens des pages qu’ils visitent. A l’inverse, ils détestent (et peuvent indirectement te pénaliser pour ça) les pages dites “orphelines” qui ne pointent vers aucune autre

Un bon maillage interne bénéficiera également à tes visiteurs. Mettre plusieurs liens de la même thématique en bas de ton article de blog permet de creuser davantage le sujet abordé et d’avoir une vision large.

Des liens avec d’autres blogueurs tu tisseras pour vivre de ton blog

créer des liens avec d'autres blogueurs pour réussir

Pour déterminer le classement de tes pages dans les résultats de son moteur de recherche, Google regarde “l’autorité” de ton site et de tes pages.

Cette autorité s’acquiert en obtenant des liens, de site ayant la même thématique que toi, qui pointent vers ton site. C’est ce qu’on appelle les backlinks. Google voit un petit peu ça comme un vote de confiance accordé aux pages de ton site. Il rankera beaucoup mieux les sites ayant une forte autorité, même si ton contenu est meilleur.

Des outils vus précédemment comme Semrush ou Ahref utilisent leurs propres métriques pour mesurer l’autorité d’un site 

Pour obtenir ces précieux backlinks, le mieux est de nouer des liens avec ces blogueurs. 

Contacte-les et propose de leurs écrire un article sur une thématique qui n ‘a pas encore été abordée en échange d’un lien vers ton site. Tu dois les convaincre que ton article apportera réellement quelque chose à leurs lecteurs et ne pas trahir ta promesse. Donne toi à fond, tu as tout à y gagner!

Tu peux également faire un lien retour de ton blog vers le leur. 

Toujours est-il qu’au plus le site que tu vises a une grosse autorité par rapport au tien, au plus il va falloir être convaincant et apporter réellement de la valeur. Cet échange, pour fonctionner, doit être gagnant-gagnant.

Tu peux rechercher des listes de blogs qui acceptent les articles invités ou contacter directement les blogueurs que tu admires. Pour montrer que tu existes, n’hésite pas à commenter leurs articles, sur leur blog ou sur Linkedin (après les avoir lus hein).

Dans tous les cas, tu dois nouer des liens alors commence dès que possible à interagir avec eux, les canaux sont nombreux.

Ce n’est qu’à la fin, qu’à la monétisation tu penseras

Bon, j’ai ma niche, mon blog, mon calendrier éditorial et quelques articles. Quand est-ce que je gagne du blé moi?

Pas si vite! Avant de penser à monétiser et vivre de ton blog, tu dois t’assurer d’avoir une communauté qui aime tes articles et qui te suit. 

Comment je sais si j’ai des visiteurs?

Pour vérifier, installe la Google Search Console sur ton site. Cela te permettra de voir les impressions (nombre de fois où ton site apparaît dans les résultats des moteurs de recherche), puis des clicks. Le but va être, à cette étape, d’améliorer le contenu de tes précédents articles tout en continuant d’en publier de nouveaux.

Comment augmenter mon nombre de visiteurs?

L’enjeu? La première page de Google

D’ailleurs, il y a un vieux proverbe en SEO qui dit “si tu veux cacher un corps, fais-le sur la deuxième page de Google”. C’est malheureux mais c’est comme ça. La deuxième page ne rapporte, au mieux, que quelques miettes, les suivantes, rien.

Regarde tes pages où tu es positionné entre la 11ème et la 20ème place sur une requête à fort volume. 

C’est sur ces pages que tu dois concentrer tes efforts. Rajoute du contenu voire des photos et/ou des vidéos. Essaye de mieux cerner l’intention de l’utilisateur et observe tes concurrents. Demande toi, pourquoi ils sont positionnés avant toi et fais tout pour écrire un meilleur contenu qu’eux.

Quand est-ce que je monétise?

Il te faudra environ 50 articles publiés avant de passer à cette étape et une vingtaine de backlinks de qualité (comprend ici 20 domaines différents). Evidemment, ce chiffre va fortement varier en fonction de la difficulté de la niche que tu as choisie. 

L’idée est de comprendre que tu dois te focaliser sur la rédaction de contenus et l’acquisition des backlinks pour obtenir du trafic. Si tu n’as pas, à minima, quelques centaines de visiteurs par mois sur ton site, il est inutile de gâcher ton temps à essayer de monétiser ton site. 

Comment je monétise mon blog?

Schématiquement, tu as deux types d’articles.

  • Les articles dits “informationnels” qui sont là pour répondre aux questions que se posent les internautes, par exemple comment muscler son fessier pour l’été 
  • A côté, il y a les articles dits “transactionnels”. Ce sont des guides d’achat, des tests, des classements  ou des comparateurs, par exemple les 7 meilleurs appareils cardio fessiers 2022.

Tu dois avoir ces deux types d’articles sur ton blog. Stratégiquement, je te conseille dans un premier temps de rédiger plutôt une majorité d’articles informationnels. Tu peux partir, au début, sur un article transactionnel pour trois articles informatifs puis progressivement axer tes efforts sur une majorité d’articles transactionnels.

Monétiser les articles informationnels:

Tes pages informationnelles qui génèrent le plus de trafic peuvent être monétisées via des sociétés de gestion d’annonces. Concrètement, il s’agit de bannières publicitaires qui sont sur tes pages qui génèrent le plus de trafic.

La majorité des éditeurs de sites qui souhaitent rentabiliser leurs revenus se tournent vers Google Ads. À mon sens, c’est une erreur.

Google Ads permet de monétiser son audience. Même si elle est très faible et c’est pour ça que beaucoup de blogueurs se tournent vers cette solution. Mais quel est ton but? Gagner ta vie non? Avec Google Ads tu auras un RPM (revenu par mille impressions) entre 2 et 3$, c’est très faible!

Plutôt que de grappiller quelques centimes, concentre-toi sur l’écriture d’articles et la génération de backlinks pour atteindre un minimum de 10 000 visiteurs par mois. 

Tu peux alors te tourner vers Ezoic, un concurrent d’Ad Sense, qui propose un RPM entre 10 et 40$! 

Enfin, tu l’as compris, pour dégager des revenus substantiels des articles informationnels, il te faut beaucoup de trafic. Tu peux gagner nettement plus via l’affiliation sur tes articles transactionnels sans avoir besoin d’une tonne de visites sur ton blog par mois.

Monétiser les articles transactionnels:

Lorsque tu écris des articles transactionnels tu vas chercher à tester, comparer des produits ou dresser une liste des meilleures solutions à tel ou tel problème. L’intention de l’internaute est clairement de se renseigner pour effectuer un éventuel achat. C’est ici qu’entre en jeu l’affiliation.

L’affiliation c’est être un intermédiaire entre une marque qui souhaite se réaliser une vente et un éventuel client qui souhaite se renseigner sur un produit.

Cette marque peut te verser une commission sur la vente effectuée. 

Pour trouver des programmes d’affiliation tu peux taper dans Google “affiliation + ta niche ou un produit en particulier”. Tu peux aussi consulter cette liste des 179 meilleurs programmes d’affiliation en 2022 classés par difficulté et par niche.

Si tu commences à avoir beaucoup de programmes et que tu souhaites centraliser le suivi tu peux te tourner vers une plateforme d’affiliation. Je te renvoie vers cet article qui liste les 16 meilleures plateformes d’affiliation 2022 classées selon ta niche.

Conseil bonus pour vivre de ton blog : t’arrêter jamais tu ne feras

Pour continuer de croître, tu dois donner de l’amour à ton blog jour après jour, poster régulièrement, mettre à jour tes anciens articles et travailler sur ton autorité. 

Je te conseille d’investir une partie de tes premiers revenus à engager un rédacteur. Ainsi, cela pourra augmenter ta fréquence de publication et t’aider à améliorer les articles existants. Tu peux aussi commencer à acheter des backlinks voire à investir dans un PBN (Private Blog Network). La notion de revenus passifs est un mythe entretenu à coups de discours de personnes douteuses sur les Ads de YouTube ou de Facebook

Si tu suis ces préceptes à la lettre, jeune padawan, ton ascension sera aussi mécanique que le décollage d’un Faucon Millenium. 

Ta limite? L’infini et au-delà!

Alors? Tu te lances?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

olivier roland

Bienvenue sur Blogueur Pro, mon blog spécialisé pour devenir libre et indépendant financièrement grâce à votre blog.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer