Est-ce que les blogs ont encore de l’avenir ? 🤔😂

Home / Articles / Est-ce que les blogs ont encore de l’avenir ? 🤔😂

“Mais attends, est-ce que le blogging n’est pas mort ?!” est une question qu’on me pose de temps en temps depuis 2016.

La réponse est “non, bien sûr”, et évidemment, il faut expliquer pourquoi 🙂

J’ai fait une conférence d’une demi-heure sur le sujet au Brésil :

Et pour les gens qui n’ont pas ce temps, il y a cette interview de mon collègue Aurélien Amacker :

Transcription texte (littérale) de la vidéo “La fin du blogging” :

Aurélien Amacker : Salut Olivier.

Olivier Roland : Salut Aurélien.

Aurélien Amacker : Alors, le blogging, il parait que c’est mort. C’est quoi cette histoire ?

Olivier Roland : Il parait lol. Depuis 2016, on a cette question qui revient parfois.

Aurélien Amacker : Olivier a donc une formation qui s’appelle « Blogueur Pro » et j’ai plusieurs personnes qui m’ont dit : « Mais Olivier relance encore Blogueur Pro et tout », et j’ai vu le lancement, franchement c’était super chouette. Les vidéos étaient top, super qualitatives, puis surtout on voit que ça marche en fait.

Donc, j’aimerais bien que tu nous donnes ton point de vue, que tu répondes à ça. Pourquoi tu continues de lancer Blogueur Pro ? Est-ce que le blogging a de l’avenir ? Je sais que c’est souvent quelque chose qu’on entend. Donc, qu’est-ce que tu as à dire pour ta défense ?

Olivier Roland : Déjà effectivement, sur le lancement, je suis très content parce que depuis déjà plusieurs années, à chaque fois, je fais venir un réalisateur du Québec pour rencontrer certains de mes clients et on tourne des super études de cas, et c’est toujours très sympa et très inspirant.

Aurélien Amacker : Oui, c’est clair.

Olivier Roland : Puis en plus, ça me permet de voir mes clients sur place, leur mode de vie…

Aurélien Amacker : Est-ce que tu vas les visiter ?

Olivier Roland : Carrément, oui.

Aurélien Amacker : Tu vas chez eux, tu filmes, et c’est vrai que les vidéos du lancement, c’est génial, c’est très beau, c’est inspirant.

Olivier Roland : Et le gars que je fais appel, François, c’est un vrai réalisateur de documentaire. Il a fait des trucs pour l’équivalent de Discovery Channel au Canada et tout, donc tu as vraiment l’impression de regarder un documentaire. En tout cas, cela envoie du steak.

Donc déjà, effectivement, avant même de parler de ça, c’est clair que juste si tu regardes les résultats des élèves de Blogueur Pro, tu vois que ça marche toujours. Mais déjà, il faut expliquer pourquoi.

Il se trouve que d’ailleurs, j’ai fait toute une conférence sur le sujet au Brésil. Donc pour les gens qui voudront vraiment aller dans le détail, ils pourront aller voir, cela dure je crois 45 minutes.

Mais en fait, il y avait quand même deux choses importantes, deux facteurs importants qui font qu’encore aujourd’hui, pour moi le blogging, c’est super important. Mais d’abord, on va quand même se mettre d’accord sur quelque chose. Quand je dis que le blogging, c’est important, je ne dis pas qu’il faut juste un blog, je dis que le blog est important au centre de son écosystème. Ce n’est pas parce qu’on a un blog qu’il ne faut pas aussi avoir une chaîne Youtube, une page Facebook, un compte Instagram… Bien sûr que non.

Et c’était déjà le cas quand j’ai commencé à enseigner le blogging fin 2010, et c’est encore plus vrai aujourd’hui bien sûr.

Pourquoi il faut avoir un blog au centre de son écosystème ?

C’est pour deux raisons principales.

La première, c’est la propriété, je vais détailler ça tout de suite.

Le gros problème des plateformes comme Instagram, Facebook, Youtube…, c’est que ce sont des plateformes qui ne vous appartiennent pas. Du coup, cela entraîne énormément de problèmes et d’inconvénients.

Le tout premier, c’est que toutes ces plateformes ont des conditions d’utilisation qui sont précises et qui peuvent changer du jour au lendemain, et ça change du jour au lendemain assez fréquemment.

Si vous allez dans un évènement d’infopreneurs et que vous demandez à une centaine de personnes : « combien ici parmi vous ont déjà eu une chaîne Youtube ou un compte Facebook ou un compte publicitaire Facebook fermé ? », vous allez avoir entre 5 et 10 personnes sur 100 qui vont lever la main.

Donc, ce n’est pas fréquent, mais ce n’est pas non plus rare, cela arrive. Cela, c’est déjà le premier problème.

Vous pouvez très bien faire quelque chose qui soit, on va dire, autorisé ou en tout cas toléré sur une plateforme, puis à un moment, ils disent : « non, finalement, on s’est rendu compte que votre domaine, on ne veut plus, au revoir quoi ». Et tout ce que vous avez bâti comme compétence, comme communauté… vous pouvez vous retrouver à la rue.

Après, ce n’est pas courant, mais ça peut arriver. Et c’est quand même important d’avoir justement un blog au centre parce qu’au moins, sur votre blog, vous êtes le propriétaire, personne ne peut vous virer.

Ensuite, il y a le fait aussi que souvent ces plateformes ont une stabilité qui est inexistante en fait. Elles évoluent extrêmement vite, elles évoluent tout le temps notamment au niveau de leur algorithme.

Si vous étiez un spécialiste de Facebook en 2014 et que pour une raison X ou Y, vous avez laissé tomber, vous reveniez aujourd’hui, grosso modo tout ce que vous saviez à l’époque, vous pouvez le jeter à la poubelle et repartir de zéro parce que ça a complètement changé.

Et au-delà de ça, on voit aussi que les changements d’algorithme peuvent se faire au détriment des utilisateurs commerciaux des plateformes. On l’a vu encore il y a quelques mois sur Facebook où du jour au lendemain, la portée des pages s’est complètement effondrée et il y a des tas de gens qui, pendant des années, ils ont eu beaucoup de succès mais tout ce qu’ils ont et tout ce qu’ils avaient bâti s’est effondré du jour au lendemain.

On le voit notamment les journaux qui avaient bâti toutes les communautés autour de leurs pages qui étaient désespérés.

Blog

Aurélien Amacker : Il y a des boîtes qui ont fermé aux Etats-Unis.

Olivier Roland : Oui, il y a des gens qui se retrouvent en faillite à cause de ça ou en tout cas dans des problèmes financiers super importants, et on a vu notamment des journaux partout dans le monde, y compris en France, qui ont vraiment passé des pubs désespérés pour inciter les gens à venir dans des groupes de discussion parce qu’aujourd’hui, ce qui a remplacé les pages, c’est les groupes de discussion.

Mais bon, scoop, d’ici quelques mois, quelques années, il est fort probable que Facebook aussi dise : « Ah ! Non, finalement, on s’est dit que les groupes, ben non. On a bien réfléchi et puis on s’est dit que finalement, vous deviez payer aussi pour que les gens dans les groupes puissent voir les posts. »

Et donc, il faut quand même bien se rendre compte de ça. C’est que quand vous bâtissez votre contenu, votre communauté sur les plateformes qui ne vous appartiennent pas, vous êtes complètement soumis à leur arbitraire et à leurs décisions stratégiques qui ne sont pas tout le temps alignées avec vos décisions stratégiques, voire même souvent pas alignées du tout.

On va me dire parfois : « On est d’accord, mais finalement quand tu as un blog, tu es aussi soumis à des changements d’algorithme notamment des moteurs de recherche, notamment de Google. »

C’est vrai, mais il faut quand même bien reconnaître que quand tu regardes l’historique, il y a une bien meilleure stabilité dans le temps de Google par rapport à Facebook ou Twitter ou d’autre chose comme ça.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment j'ai fait mes premiers milliers d'euros sur Internet

Le média social qui se rapproche le plus de la stabilité de Google, c’est Youtube. On va peut-être en parler après, mais clairement, il y a quand même pas mal de choses qui ont changé, ça évolue quand même pas mal Google. Mais à partir du moment où vous n’êtes pas extrême dans votre optimisation et votre référencement, typiquement vous ne tombez pas dans ce qu’on appelle « le black hat », c’est-à-dire vraiment les pratiques qui sont trop agressives aux yeux de Google.

Grosso modo, ce que vous aviez appris en 2008, les bases fonctionnent toujours. Il y a beaucoup de détails qui ont changé, mais finalement, créer du bon contenu qui apporte de la valeur, mettre le mot-clé principal dans le titre, dans la description, dans l’article, avoir des liens de qualité qui viennent d’autres sites, faire en sorte que votre site se charge rapidement, qu’il ait de bonne interface, tout cela. Tout cela reste encore valable aujourd’hui et ce sera sans doute encore valable dans 10 ans.

Le web change en permanence, mais il change plus lentement au niveau de Google, et ça, c’est important.

Ensuite, le deuxième corollaire du fait que vous n’êtes pas propriétaire de ces plateformes, c’est aussi – et j’en viens donc à la deuxième raison principale pour laquelle vous devriez avoir un blog – c’est que vous n’êtes pas maître de l’interface et ça pose un énorme problème au niveau de votre taux de conversion.

Parce qu’imaginons, vous dites : « Hey, voilà, je vais organiser un évènement dans ma vie, un évènement physique. Dans trois mois, je veux vraiment faire la promotion à fond, allez. Du coup, sur la colonne droite de ma chaîne Youtube, je vais mettre une bannière pour motiver les gens à y aller. Et puis aussi, sur la colonne gauche de ma page Facebook, je vais aussi mettre une bannière pour inciter les gens à y aller. » Vous dites : « Allez, je vais faire cela », puis en fait, vous ne pouvez pas.

Aurélien Amacker : Si, je peux.

Olivier Roland : Non, parce que l’interface ne vous appartient pas non plus. Il faut quand même se rendre compte de cela. Les gens, ils bâtissent du contenu non seulement sur les sites qui ne leur appartiennent pas, mais ils ne maîtrisent rien dans l’interface, rien du tout.

Et non seulement vous ne pouvez pas l’utiliser comme vous le voulez, mais en plus, cela peut changer du jour au lendemain. Et non seulement cela peut, mais ça le fait, ça change tout le temps et notamment sur Facebook mais aussi sur tous les autres.

Encore une fois, ces plateformes-là, elles s’en foutent complètement de vous. Vous êtes un numéro. Même si vous avez une communauté immense, juste vous, ça représente une toute petite partie de leur trafic et ils en ont rien à carrer.

Bien sûr, quand ils vont faire des changements d’interface, ils vont quand même faire attention à ce que leurs chiffres globaux ne soient pas pires qu’avant, qu’ils s’améliorent. Mais si par hasard ils font un changement à interface qui est bénéfique pour eux dans la globalité mais qui est néfaste pour vous, tant pis pour vous, vous n’avez aucune maîtrise dessus

Et au-delà de ça, le problème, c’est que votre taux de conversion est forcément moindre parce que sur votre blog, si vous dites : « je vais mettre une bannière rose fluo qui clignote sur ma colonne droite », alors je ne recommande pas forcément de faire cela, mais au moins vous pouvez le faire, vous pouvez le faire.

Si vous voulez mettre une lightbox et on sait bien que ce qui convertit le mieux aujourd’hui encore maintenant, ce sont les lightbox, ce sont les petits pop-ups, c’est-à-dire les choses qui s’affichent devant. Vous ne pouvez pas faire cela sur Facebook, sur Youtube, sur Twitter, sur Instagram, vous ne pouvez pas faire cela nulle part, à part sur votre propre blog. Et on sait très bien que rien que ça, ça peut multiplier par deux ou trois votre taux de conversion du jour au lendemain.

Donc sur Youtube, quand vous avez 2% de taux de conversion… qu’est-ce que je veux dire par taux de conversion ?

On va dire que sur 100 vues, c’est le nombre de personnes qui s’inscrivent à votre mailing list, c’est-à-dire qui deviennent des prospects, parce qu’encore aujourd’hui, l’email reste la manière la plus efficace de contacter les gens.

On a peut-être ManyChat qui aussi apporte une dimension supplémentaire, mais pareil. Donc ManyChat, c’est finalement envoyer les messages sur Messenger de Facebook, mais pareil, je ne vous recommande pas de mettre cela au cœur de son visage parce que vous vous bâtissez à ce moment-là encore une fois une liste sur une plateforme qui ne vous appartient pas, alors que votre liste email, personne ne peut vous l’enlever.

Même si par extraordinaire, votre autorépondeur, donc le logiciel qui envoie des emails, vous dit : « Non, on ne peut plus travailler ensemble », vous exportez votre liste, vous l’importez dans un autre logiciel, et basta, c’est fini, cela reste à vous.

Demain, Facebook vous dit : « Non, désolé, vous ne pouvez plus envoyer de messages sur Messenger », vous ne pouvez pas…

Aurélien Amacker : Il y a eu des blocages justement sur ManyChat récemment.

Olivier Roland : Il y a eu des blocages, bien sûr. ManyChat aussi n’a pas pu prendre de personnes pendant plusieurs mois. Je ne sais même pas si c’est résolu maintenant. Peut-être que Facebook à un moment va dire : « Non, finalement, on s’est rendu compte que cela n’apportait pas de valeur ». Ça, ça peut très bien arriver du jour au lendemain. Et là, vous ne pouvez rien exporter, vous êtes complètement bloqué. Il faut se rendre compte de ça.

Pour revenir sur le taux de conversion, si vous avez 2% de conversion sur votre chaîne Youtube, c’est-à-dire que grosso modo sur 100 vues, vous avez deux personnes qui s’inscrivent à votre mailing list, vous êtes un dieu vivant.

Je veux dire, vous vous baladez dans la rue, il y a une lumière qui descend du ciel, vous entendez alléluia en background, vous brillez la nuit. C’est génial, quand vous allez en discothèque, vous êtes vraiment quelqu’un d’extraordinaire.

Quand vous avez 2% sur votre blog, vous avez juste raté votre vie, il faut vous convertir à autre chose. Vous allez élever des chèvres dans le Larzac, ça sera sans doute mieux. Donc, voilà, il faut se rendre compte de cela.

Ce n’est pas difficile d’atteindre un taux…, je ne dis pas que c’est forcément facile, mais en tout cas, c’est possible d’atteindre un taux de transformation de 5% sur son blog. Et j’ai des élèves qui font du 10-15, parfois du 20%, notamment en proposant des bonus qui sont liés à l’article en question.

Sur le long terme, cela fait une différence énorme parce qu’on peut calculer à 100 000 visiteurs par jour. Vous pouvez faire le calcul, 100 visiteurs par jour avec 2 et 5% de conversion, ou même 10, au bout d’un an, combien vous avez de personnes dans votre mailing list. Cela fait une différence absolument énorme.

Donc, il faut bien se rendre compte de cela.

Et finalement, il y a aussi une troisième raison qui est extrêmement importante parce que beaucoup de gens disent : « Oui, mais attends, le blogging, c’est has been… » Et on en parlait, mais il faut comprendre une chose quand même.

Moi, je réponds souvent comme ça, je leur dis : « Mais est-ce que Google, c’est has been ? Tu as arrêté d’utiliser Google ? ». Là, les gens disent : « Non, j’utilise toujours Google ». Je dis : « Mais tu te rends compte que l’essentiel du trafic d’un blog vient de Google quand même ».

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pourquoi vous devez médiatiser votre blog

Il faut vous rendre compte quand même. Dire « les blogs, c’est obsolète », c’est dire « Google, c’est obsolète ».

Google malgré tous les progrès qui ont été réalisés ces dernières années, c’est le moteur de recherche numéro un. Youtube, c’est le deuxième.

Et Google, encore aujourd’hui, il préfère largement les articles textes que les vidéos, le son. Et alors là, ne parlons même pas des posts sur Instagram et Facebook parce que pour tous les gens qui travaillent comme des fous pour faire des super statuts sur Facebook, sur Instagram et tout ce que vous voulez, et au bout de quelques heures, ces posts tombent dans les limbes d’Internet et ils ne vont jamais réapparaître, jamais.

Blogging

Aurélien Amacker : Ces gens-là, après ce qu’ils font, c’est qu’en fait les posts qui ont bien marché, ils vont les reposter.

Olivier Roland : Ouais, d’accord. Je vais en parler cela. Moi, même j’utilisais Facebook, Instagram. Je ne suis pas en train de dire qu’il ne faut pas les utiliser, mais je suis en train de parler des inconvénients par rapport au blogging.

Je vous pose la question : Quand est-ce que c’est la dernière fois que vous avez fait une recherche sur Google et vous êtes tombé sur un statut Facebook ou Instagram ou un statut Twitter ?

Cela n’arrive jamais à part de vraiment mettre “statut Facebook” dans la recherche. Il faut vraiment chercher le truc, cela n’arrive pas, parce que Google, cela ne l’intéresse pas.

Aurélien Amacker : Il y a une notion de recherche de Facebook qui n’est pas bon. Quand tu cherches, tu ne trouves pas grand-chose.

Olivier Roland : C’est super nul. Les mecs essaient de me faire un Youtube là et tout, tu te tires une balle, personne ne fait cela quoi.

Et donc, il faut bien se rendre compte que ces plateformes, c’est de l’éphémère.

Après, c’est une excellente manière de se connecter à sa communauté. Moi-même, j’adore Instagram personnellement, mais c’est vraiment quelque chose d’annexe et de pas du tout stratégique dans ma boîte. C’est quelque chose que je fais plus par plaisir qu’autre chose et jamais, je ne bâtirais une stratégie autour, enfin je mettrais ma boîte autour d’Instagram. C’est de la folie pure pour moi.

Aurélien Amacker : Et aujourd’hui, tu as combien de personnes qui s’inscrivent sur ta liste email grâce à tes blogs tous les jours ?

Olivier Roland : Là, j’ai entre 2 et 300 personnes qui s’inscrivent sur ma mailing list tous les jours, les 2/ 3 viennent de mes blogs et 1/3 de ma chaîne Youtube.

Il faut quand même se rendre compte que ma chaîne Youtube aujourd’hui doit faire à peu près 350 000 vues par mois, mes blogs tous ensemble aujourd’hui devraient être à 150 000 visites par mois. Donc, tu vois qu’on est à peu près à deux fois moins de visites sur mes blogs mais que quand même ça continue à me faire 2/3 de mes leads. C’est absolument hallucinant.

Et donc, il faut aussi vous rendre compte de cela. J’ai des articles que j’ai écrits il y a 10 ans qui, encore aujourd’hui, me ramènent tous les jours des prospects et des clients. Essayez de faire cela avec Instagram ou Facebook, c’est impossible.

Aurélien Amacker : C’est clair.

Olivier Roland : Tous les gens qui vous disent « le blogging, c’est obsolète », ils ne savent pas de quoi ils parlent. Mais bien sûr qu’à côté, une page Facebook pour moi aujourd’hui, c’est indispensable clairement. Et quand je dis « indispensable », c’est que même le boulanger ou le cordonnier de votre quartier devrait les avoir. Idem pour une chaîne Youtube, c’est indispensable.

La chaîne Youtube, parce que clairement la vidéo, cela rajoute une dimension. Je veux dire, aujourd’hui, je crée la plupart de mon contenu sous forme de vidéo parce que pendant plusieurs années, je me suis consacré à l’écriture de mon livre, donc je n’avais pas envie d’écrire d’article, j’ai fait autre chose.

La vidéo, c’est une excellente manière de vous connecter humainement à votre audience. C’est un format que les gens aiment consommer… Donc, la vidéo, c’est top.

Facebook, aujourd’hui avec la publicité notamment, c’est extrêmement efficace.

Instagram, personnellement, j’aime beaucoup plutôt au niveau personnel, donc ce média social, mais je ne trouve pas cela ultra stratégique.

Twitter, ils ont juste commencé à gagner de l’argent il y a quelques mois.

Moi personnellement, je ne crois absolument pas à cette plateforme. Cela a toujours été et cela reste la cour de récréation même s’ils essaient de plus en plus de modérer un maximum, mais finalement c’est un peu n’importe quoi.

Aurélien Amacker : Et Snapchat alors, est-ce que tu…

Olivier Roland : J’ai fait Snapchat pendant un moment, et quand Instagram a sorti la fonction similaire à Snapchat, à savoir les insta stories, j’ai laissé Snapchat.

En plus, Snapchat a complètement changé son interface du jour au lendemain et a vraiment mis en avant les gros comptes. Moi, ma portée, mon reach sur Snapchat a été divisé par 4 du jour au lendemain.

Au même moment où Instagram a sorti ses stories, j’ai dit : « bon les gars, ça va quoi. »

Donc, j’ai complètement arrêté Snapchat.

Et aujourd’hui en plus, ce qui est bien avec Instagram, c’est que quand vous publiez une story dessus, c’est aussi publié sous forme de story sur Facebook. Et comme j’ai une page Facebook qui est suivie par pas mal de personnes, tout de suite, cela multiplie par deux ou trois la portée. C’est cool.

Mais je fais plus cela par plaisir que pour le business.

L’écosystème, c’est important, mais le blog, cela reste vital aujourd’hui. Ne croyez personne qui vous dit le contraire.

Souvent les gens qui vous disent le contraire sont des gens qui ont quelque chose à vous vendre. C’est une manière de se positionner, on connait bien cela en marketing. Cela s’appelle le nous contre eux, et vous comprenez tous ces gens qui vous disent que le blogging, c’est dead, donc vous dites : « Ah du coup, ouais, voilà le nouveau truc qui marche aujourd’hui.

Mais retenez bien cela, ce n’est pas parce que quelque chose n’est plus à la mode que cela ne marche plus.

Et parfois, comme disait Aurélien, c’est même parce que quand cela commence à ne plus être à la mode que cela marche mieux parce que vous avez moins de concurrence. Et les gens qui comprennent les principes cœur, ils se rendent compte que cela fonctionne toujours.

Donc, la prochaine fois qu’on vous dit que le blogging ou le marketing de contenu est mort, dites-leur ce que je vous ai dit et on verra s’ils arrivent à réfuter cela.

Aurélien Amacker : Et puis, il n’y a qu’à voir les études de cas. Moi, j’ai vu dans ton lancement les études de cas de tes élèves qui ont suivi la formation il y a un an et qui ont créé un business rentable avec un blog. Je veux dire, cela parle pour soi.

En tout cas, merci Olivier pour tes réponses, c’est hyper pertinent.

On voit quand même qu’Olivier est passionné, cela fait plaisir à voir, c’est génial. Pour les gens qui veulent te suivre, je vais mettre les liens en-dessous, ta chaîne Youtube, tes blogs.

A une prochaine à Lisbonne.

Olivier Roland : Oui, ça marche.

Aurélien Amacker : Merci Olivier.

Olivier Roland : Tchao.

Related Posts
Showing 4 comments
  • Je partage la même idée, je pense que le blogging a toujours de l’avenir. Merci pour le partage de l’article.

  • Mad

    Bonjour Olivier,
    ce fut un article très intéressant. En effet, beaucoup de personnes croient que le blogging est désormais mort et que les perspectives de réussir en tant qu’infopreneur deviennent nulles. En réalité, ce ne sont que leurs croyances limitantes et leur peur de devoir se mettre en action qui parlent. Aujourd’hui, on a la chance de vivre dans une époque hyper-connectée, cela relève de chacun de tisser sa toile d’araignée dans ce monde numérique gigantesque.
    Merci pour tout ce que tu enseignes Olivier, je suis arrivé à là ou je suis grâce à toi.

  • Mad

    Bonjour Olivier,
    ll est sûr et certain que les blogs ont un long avenir devant eux. Plus que jamais, aujourd’hui, Internet nous offre des opportunités incroyables de gagner notre vie financièrement tout en étant indépendant géographiquement. Il y a quelques décennies, beaucoup d’individus auraient adoré avoir la chance qu’on a aujourd’hui. Mais cela reste comme pour tout, il y a d’un côté les bons sceptiques qui vont se confronter à la réalité du terrain et les mauvais sceptiques qui vont rester inactifs.

    A ton succès Olivier, merci pour tout ce que tu fais.

  • je vous félicite pour ce précieux blog.

Laissez un commentaire

Blogueur Pro d'Olivier Roland